Fille noire, fille blanche

Traduction CLAUDE SEBAN  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Elles se rencontrent au cur des années soixante-dix, camarades de chambre dans un collège prestigieux où elles entament leur cursus universitaire. Genna, descendante du fondateur du collège, est la fille d'un couple très « radical chic », riche, vaguement hippie, opposant à la guerre du Vietnam et résolument à la marge. Minette Swift, fille de pasteur, est une boursière afro-américaine venue d'une école communale de Washington. Nourrie de platitudes libérales, refusant l'idée même du privilège et rongée de culpabilité, Genna essaye sans relâche de se faire pardonner son éducation élitiste et se donne pour devoir de protéger Minette du harassement sournois des autres étudiantes. En sa compagne elle voit moins la personne que la figure symbolique d'une fille noire issue dun milieu modeste et affrontant loppression. Et ce, malgré lattitude singulièrement déplaisante dune Minette impérieuse, sarcastique et animée dun certain fanatisme religieux. La seule religion de Genna, cest la piété bien intentionnée et, au bout du compte inefficace, des radicaux de lépoque. Ce qui la rend aveugle à la réalité jusquà la tragédie finale. Une tragédie que quinze ans - et des vies détruites - plus tard, elle tente de sexpliquer, offrant ainsi une peinture intime et douloureuse des tensions raciales de lAmérique. « Fille noire, fille blanche est un cru dexception. Au-delà du sujet épineux quest la question raciale aux États-Unis, elle use de sa plume fine et féroce pour décrire les tourments de lâme, la fin de ladolescence, la perte brutale de ladolescence. Et le tout se lit comme un thriller vertigineux. » (Augustin Trapenard, Elle) « Redoutable machine romanesque, saisissante dambiguïté et dinconfort. » (Nathalie Crom, Télérama) « Ce grand roman fait revivre les fièvres, les utopies, les tensions raciales dans lAmérique des Seventies pas encore délivrée des fureurs ségrégationnistes. » (Francine de Martinoir, La Croix) « Son écriture, fine, cruelle, caresse les contours dune société américaine bourrée de contradictions. » (Claire Thévenoux, Ouest-France) « Fille noire, fille blanche est le nouveau grand roman de Joyce Carol Oates sur la question raciale aux États-Unis. » (Rolling Stone) « En parvenant à reconstituer avec rigueur ces années où le mouvement hippie et la guerre du Vietnam secouaient lAmérique, Joyce Carol Oates en montre les contradictions politiques et sociales, la vie quotidienne et les effets pervers de léducation. » (Christine Ferniot, Lire) Des blogs en parlent : So many books, so little time, Mustango, Le Grand Nulle Part, Amanda Meyre, In Cold Blog, À propos de livres, Chez Gangoueus

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782848763477

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    384 Pages

  • Poids

    1 146 Ko

  • Distributeur

    Volumen

  • Support principal

    ebook (ePub)

Joyce Carol Oates

Joyce Carol Oates est née en 1938 à l'ouest du lac Erié. Son enfance est placée sous l'étoile de la solitude : un père travailleur, souvent absent et une soeur autiste l'incitent à grandir vite. Elle déménage pour Détroit dans les années 1960, où elle découvre la réalité de la violence à travers les conflits sociaux et raciaux. Devenue professeur de littérature à l'université de Princeton, elle poursuit la plus prolifique des carrières littéraires (une trentaine de romans mais aussi des essais, des nouvelles, des pièces de théâtre, de la poésie). Oates a aussi écrit plusieurs romans policiers sous le pseudonyme de Rosamond Smith ainsi que sous le nom de Lauren Kelly.ÿTrois de ses romans ont été sélectionnés comme finalistes au prix Pulitzer. En 1970, elle a reçu le prix du National Book pour son roman Eux. En 1992, son livre Reflets en eaux troubles est à son tour sélectionné pour le prix Pulitzer, et Les chutes, publié en 2005, a récompensé le prix Femina. Elle est membre de l'Académie Américaine et de l'institut des Arts et Lettres.Elle est mariée, continue d'enseigner à Princeton où elle vit avec son époux qui dirige une revue littéraire, la Ontario Review.

empty